• Sous mon chapeau

L'anxiété, elles témoignent.



Découvrez le témoignage d’Alexina.



« Quand j'étais jeune, j'ai manqué un nombre incalculable de périodes à l'école. Du primaire jusqu'à la fin de mon secondaire, j'avais tout le temps mal au ventre. Je vomissais souvent. J'ai passé une multitude de tests avec pleins de spécialistes. Chaque fois, la réponse était la même: juste du stress. J'ai regardé mon bulletin de secondaire 5 dernièrement et j'avais 180 périodes d'absences sur le même nombre de jour d'école. Je me rappelle que comme traitement, on m'avait donné des anti-acides pour calmer mes douleurs. Pas de thérapie ou de suivi. Avec du recul, je réalise à quel point mon anxiété m'empêchait de fonctionner. Pis puisque j'avais toujours été comme ça, je pensais que c'était normal. Si ce n'était pas de l'improvisation et de ma famille qui me supportait, j'aurais probablement lâché l'école beaucoup plus jeune. »


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


À seulement 14 ans, Mia vit avec un trouble d'anxiété généralisé.

Découvrez son histoire à travers les témoignages, riches en émotion, qu'elle et son père Jean-Nicolas Verreault ont généreusement livré.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


« Je me prénomme Liane, j’ai 26 ans et je l’admets enfin, je suis une personne anxieuse.


Le réaliser fut une sorte de choc, mais également une grande révélation pour moi. Plusieurs pourront se reconnaître, j’en suis certaine. D’ailleurs, c’est en lisant des témoignages comme celui-ci que j’ai réussi à m’y retrouver et à comprendre ce que c’était vraiment, la fameuse anxiété.


J’ai justement réalisé que je vivais de l’anxiété en faisant face à cette incompréhension. Une journée, tout est numéro un, puis la suivante, je resterais volontiers dans le confort et la sécurité de mon appartement. Pourtant, rien n'a changé depuis la journée précédente.

Vivre avec l’anxiété, c’est aussi développer des béquilles pour contrôler l’incontrôlable, en limitant les possibilités de « malaises ». Donner de l’ampleur de manière involontaire à des situations bénignes fait aussi partie des choses avec lesquelles nous les anxieux devons vivre quotidiennement. Allô googler ses symptômes lorsqu’on est malade.


Vivre avec l’anxiété, à différent niveau, affecte les relations sociales, les activités, les fréquentations. Vous sentir socially akward, est-ce que ça vous est déjà arrivé? Ce sentiment est d’ailleurs étroitement lié à la peur que notre anxiété transparaisse. Et le jugement, ouf. Le pire ennemi d’une personne anxieuse. Pour ma part, le small talk me met souvent dans un état inconfortable. La pire chose à faire serait de fuir ce genre de situations. Au contraire, il faut s’y exposer graduellement pour s’y accommoder … »


Vous trouverez la suite de son témoignage et les solutions qu’elle a trouvées sur son article : http://www.lookdujour.ca/la-garde-robe/inspiration/temoignage-anxiete-liane-1.3920376


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


#DansMaTête est un mouvement lancé par la Fondation Jeunes en Tête qui demande aux gens de s'ouvrir sur les problématiques de santé mentale qu'ils ont vécu dans le but de sensibiliser les gens sur les conséquences possibles reliés à la détresse psychologique. Je vous invite à vous aussi partager votre histoire avec le #DansMaTête.


Utilisons les réseaux sociaux pour supporter ceux qui pensent être seuls dans leur détresse!

Laurie Stouvenakers

laxoun@msn.com

0496/77 37 79

Rue de la Forge n°6

4252 Omal Belgique

019/67 67 03

  • Facebook - Black Circle

Sousmonchapeau.be